La coopérative technique des adhérents

Créée en 1987, l'ARC - qui a comme adhérents des syndics bénévoles et des copropriétés gérées par des syndics professionnels a très vite été sollicitée par ses adhérents sur les problèmes économiques :

  • combien coûte un litre de fioul bien négocié ?
  • combien coûte une boîte à lettre, un extincteur à poudre de 6KG ?
  • quel est le prix «normal» d'un contrat de chauffage ou d'ascenseur ?
  • où trouver un bon maçon, un bon couvreur, un bon chauffagiste ? etc, etc.
  • comment savoir rapidement et en confiance si mon ascenseur ou ma chaufferie sont bien entretenus ?

Comme pour l'ARC la copropriété est aussi une entité économique, les fondateurs de l'ARC ont alors décidé de créer une coopérative dont le but serait de «négocier» les prix des fournitures, des équipements, des produits mais aussi de «négocier» des contrats, de «référencer» des entreprises ou experts etc, bref d'aider les adhérents de l’ARC à faire jouer AU MIEUX la concurrence. La coopérative a donc été créée (en 1991) en utilisant la structure d'Union d'Economie sociale (UES) spécialement adaptée à notre cas puisque les UES sont des unions constituées par des associations à but non lucratif, précisément pour leur permettre de rendre des services de nature commerciale à leurs adhérents.

Les principes fondateurs

Dès le départ, plusieurs principes ont été posés et sont respectés depuis de façon scrupuleuse:
1er principe : la coopérative doit pouvoir équilibrer ses comptes ; c'est-à-dire qu'elle doit pouvoir faire face à ses frais (locaux, personnel) uniquement par ses recettes sans avoir à faire appel à l'ARC. 2ème principe : les recettes de la coopérative doivent provenir uniquement des services rendus aux adhérents. Ainsi la coopérative doit vivre des audits, services rendus et des commissions prélevées sur les prix négociés (exemple : si la coopérative négocie le prix du fioul à 0,4 € le litre, elle prélèvera en plus 0,8 cents pour prix du service. La coopérative de l'ARC fonctionne ainsi comme n'importe quelle coopérative. 3ème principe : en aucun cas les recettes de la coopérative ne doivent alimenter l'ARC, ni aider financièrement l'ARC, même de façon indirecte. 4ème principe : naturellement il n'y a aucune obligation pour un adhérent de l'ARC d'utiliser les services de Copropriété-Services (ceci n'empêche pas les adhérents de l'ARC de se servir de références de prix négociés par la coopérative pour obtenir de meilleurs «prix» de la part de leurs fournisseurs habituels).
Équilibre, indépendance, transparence des ressources, voilà donc les mots-clefs du fonctionnement de cette coopérative.

L'action de copropriété-services

Depuis sa création, Copropriété-Services a non seulement rempli efficacement sa mission mais a contribué à faire sauter de nombreux verrous, et a permis à l'ARC de mieux jouer son rôle technico-économique. Prenons plusieurs exemples :

  • 1 - Négociation des prix. Connaissance des justes prix. Que ce soit en matière de prix des extincteurs, boîtes aux lettres, fioul, prix d'un compteur d'eau, mais aussi coût moyen de la désincarcération ou de désinfection d'une colonne de vide-ordures ou d'entretien d'un ascenseur, nous avons non seulement négocié des prix pour nos adhérents mais fourni des prix de référence à tous nos adhérents.
  • 2- L'action dans le domaine du comptage de l'eau Dans ce domaine notre action a été décisive pour réhabiliter le comptage, promouvoir le radio-relevé, mettre en place une compétence spécifique en matière de gestion d'eau, etc.
  • 3 - L'action dans le domaine des ascenseurs Dans ce domaine nous avons recherché des partenaires, mis en évidence les abus en matière de contrat d'entretien, d'indexation. Nous avons ainsi acquis une compétence technique mais aussi financière qui nous a permis non seulement de mieux répondre à nos adhérents, mais de mieux les défendre (coût des contrats, études sécurité, prix des travaux...) y compris auprès du Ministère du Logement face aux ascensoristes...
  • 4 - Autre domaines Copropriété-Services nous a permis d'approfondir de nombreux aspects technico-financiers sur d'autres sujets en particulier ceux relatifs : aux travaux d’économie d’énergie, aux énergies renouvelables, aux systèmes de contrôle d'accès ; à la réception «télé» ; au plomb ; à la VMC ; à l'amiante etc, etc. Copropriété-Services a donc bien fait son travail qui consiste à aider les adhérents à faire jouer la concurrence, plus généralement à les aider à mieux se débrouiller avec les problèmes «techniques» et à assumer leurs responsabilités de conseillers syndicaux ou de syndics non professionnels.
  • 5 - Les entreprises référencées Par ailleurs le référencement d'entreprises a permis à nos adhérents de faire jouer plus facilement la concurrence et d'être assurés, en cas de problème, que celui-ci serait traité.
  • 6 - Le développement des audits Enfin depuis quelques années la coopérative développe certains nouveaux services et en particulier des audits sur le chauffage, l'eau, le bâti, les ascenseurs. Ces audits doivent permettre aux adhérents de répondre vite et bien à quelques questions essentielles et prolongent donc efficacement l'action de la coopérative.

www.leportaildelarc.fr

Nos bureaux

Avis d'apport


Voir l'avis
ARC SERVICES - Tous droits réservés